Lo luec d’enluec

12,00

THIERRY OFFRE

136 p.

14 cm x 22 cm

Date de parution : Octobre 2016

UGS : 978-2-84974239-6 Catégories : , Auteur :

Entre los oceans indian e antarctic, endacòm dins los quarantens rugissents, es perduda una pichòta iscla mingarèla batuda dels vents e de las èrsas, que se tròba èsser francesa. Una estacion scientifica i foguèt installada, ont l’autor, meteorològ de son estat, sejornèt lo temps d’un ivernatge. Nos raconta la vida dins aquel « luec d’enluec », paradís de l’aucelilha e dels mamifèrs marins. Pels òmes que se’n son faches per qualques meses los prisonièrs volontaris, l’utopia somiada pòt virar a l’infèrn, qu’es causa coneguda que l’infèrn, aquò’s los autres. L’embarrament
de qualques desenas de masclasses condemnats a viure ensems dins un recanton tan salvatge produtz qualques amistats de rescontre, mas tanben frustracions, garrolhas e tustes violents de personalitats.
L’interès d’aquel raconte es tanben la lenga causida per dire lo « pas’nlòc », una lenga enrasigada que, ni mai ni mens que tota autra, a pas res a far dins aquel desèrt d’abans l’òme, d’abans tota paraula : un occitan ipermarselhés pastat d’oralitat e d’invencion, que deu fòrça al grand Victòr Gelu e que dona chuc e muc al nonrés de la vida vidanta, un parlar de quèco exiliat dins lo vuèg immens d’aquel mond del finimond.

***

Entre les océans indien et antarctique, quelque part dans les quarantièmes rugissants, est perdue une petite île battue par les vents et les vagues, qui se trouve être française. Une station scientifique y a été installée, dont l’auteur, météorologue de son métier, a séjourné le temps d’un hivernage. Il nous raconte la vie dans ce « lieu de nulle part », paradis des oiseaux et des mammifères marins. Pour les hommes qui s’en sont faits pour quelques mois les prisonniers volontaires, l’utopie rêvée peut dégénérer en enfer, car, c’est bien connu, l’enfer c’est les autres.
L’intérêt de cette non-fiction narrative réside aussi dans la langue choisie pour dire le « nulle part », une langue paradoxalement enracinée, qui, ni plus ni moins que toutes les autres, n’a rien à faire dans ce désert d’avant l’homme : un occitan hyper-marseillais, pétri d’oralité et d’invention, qui donne goût et saveur au néant de la vie insulaire, un parler de quèque exilé dans le vide immense de ce monde du bout du monde.